Place des Industries
Image default

Comment fonctionnent les cautions

Payer une caution pour sortir de prison peut sembler être un concept simple. L’idée est que si quelqu’un est arrêté, quelqu’un d’autre peut payer de l’argent et la personne emprisonnée est libérée. Et bien que ce soit l’idée essentielle derrière la caution, il y a plus qui entre dans le processus. Il y a aussi la possibilité de payer une caution.

Souvent, les personnes qui ne sont pas passées par le système de justice pénale sont confrontées à une situation de cautionnement mais ne savent pas trop quoi faire. Si vous êtes arrêté et que vous devez payer une caution de 100 000 euros, cela signifie-t-il que vous devrez rester en prison si vous ne pouvez pas vous permettre de payer la totalité de la somme ? Quelqu’un d’autre peut-il payer ? Pouvez-vous engager un agent de cautionnement pour payer à votre place ? Comment s’y prendre pour faire cela ?

Comprendre comment fonctionne la caution, comment les tribunaux déterminent les montants de la caution, quels types de méthodes de paiement vous pouvez utiliser et d’autres questions similaires est important pour toute personne confrontée à une arrestation, ou à l’arrestation d’un membre de la famille ou d’un proche.

Arrestations, prison, caution et système de justice pénale

La caution est un terme qui décrit la libération d’un accusé ou d’une personne arrêtée après une arrestation avant la fin de l’affaire pénale. La caution peut mais pas toujours impliquer que le défendeur (ou quelqu’un en son nom) verse de l’argent à un tribunal. Cet argent garantit que le défendeur reviendra au tribunal pour le reste du processus de justice pénale. Par conséquent, la caution n’est pas une punition donnée avant qu’une personne ne soit reconnue coupable d’un quelconque crime, mais un moyen de s’assurer que les défendeurs criminels reviennent au tribunal sans qu’il soit nécessaire des garder en détention pendant tout ce temps.

La caution peut jouer un rôle important dans le processus de justice pénale, car elle sert à la fois à limiter l’espace carcéral nécessaire et à s’assurer que les personnes qui sont libres pendant que leur affaire est en cours reviendront au tribunal. Les personnes peuvent être libérées sous caution à presque toutes les étapes du processus de justice pénale, comme immédiatement après une arrestation, ou même après qu’un tribunal ait prononcé une sentence.

En général, chaque fois qu’une personne est arrêtée, il y aura trois résultats possibles : la personne arrêtée est libérée, la personne arrêtée est inculpée et libérée sous caution, ou la personne arrêtée est inculpée et reste en détention jusqu’à la fin de l’affaire. La libération sous caution est un moyen pour les gens d’être libérés de prison avant qu’un tribunal ne détermine leur culpabilité.

Arrestations

Lorsque la police ou les agents chargés de l’application de la loi arrêtent des personnes, ils mettent physiquement les personnes arrêtées en détention. Les personnes en état d’arrestation sont généralement mises en garde à vue par la police, placées dans un véhicule de police, puis transférées dans une prison ou un centre de traitement des affaires criminelles pour un processus administratif souvent appelé « enregistrement ». Parfois, la police libère les personnes arrêtées sans déposer d’accusations, mais si des accusations sont déposées, la personne arrêtée devra rester en détention jusqu’à ce qu’elle soit libérée sous caution, jusqu’à ce qu’un tribunal rende un jugement, ou jusqu’à ce que l’affaire soit résolue d’une autre manière.

Réservation

La mise en réserve est le processus administratif qui suit une arrestation. Au cours de ce processus, la police effectue une série de tâches, telles que la prise de la photo de la personne arrêtée, l’enregistrement d’informations personnelles telles que le nom, la date de naissance et l’âge, la prise d’empreintes digitales, la prise de tous les biens physiques de la personne arrêtée et leur placement dans un lieu de stockage, la recherche de tout mandat, l’exécution d’une évaluation de santé et le placement de la personne arrêtée dans une zone de détention.

Détention après l’arrestation, mise en liberté provisoire

Après que la police ait arrêté et enregistré une personne, l’une des trois choses suivantes se produit généralement : Premièrement, la police peut libérer le défendeur avec un avis écrit de comparution au tribunal. Deuxièmement, la police peut libérer le défendeur seulement après qu’il ait payé le montant approprié de la caution. Troisièmement, la police peut garder le défendeur en détention jusqu’à ce qu’un tribunal tienne une audience de libération sous caution.

La loi de l’État détermine laquelle de ces trois options s’applique dans une situation donnée. En général, les arrestations pour des crimes de faible niveau, tels que les troubles de l’ordre public ou les petits larcins, se traduiront plus souvent par une libération avec un avis écrit de comparution, tandis que les crimes plus graves, tels que les infractions violentes graves, entraîneront le maintien du défendeur en détention jusqu’à ce qu’un tribunal puisse tenir une audience de libération sous caution.

Listes de cautionnement

Les barèmes de caution sont des listes de montant de caution qui s’appliquent à des crimes individuels dans n’importe quelle juridiction. Par exemple, le barème de cautionnement d’un État peut fixer la caution pour le crime de trouble de l’ordre public à 1 000 euros, ou fixer une caution de 5 000 euros pour un cambriolage.

Les lois des États détermineront non seulement les montants de caution appropriés pour chaque crime et si la police peut libérer un défendeur sans exiger de caution, mais aussi si les défendeurs sont autorisés à verser une caution après l’enregistrement ou s’ils doivent attendre une audience de cautionnement. En outre, ils laissent généralement aux juges une grande latitude pour augmenter ou réduire la caution lorsque le tribunal le juge approprié. (Les tribunaux n’ont pas de barèmes de caution, et le montant de la caution est laissé à la discrétion du tribunal)

Par exemple, l’État de Californie exige une audience de mise en liberté sous caution dans toutes les affaires impliquant des crimes spécifiques, tels que les violences conjugales, le viol conjugal et les menaces terroristes. En général, si les lois de l’État le permettent, un défendeur peut être libéré sous caution immédiatement après son enregistrement, à condition qu’il soit en mesure de payer le montant approprié. Si la loi exige une audience de mise en liberté sous caution, le défendeur ne pourra pas payer de caution ou être libéré d’une autre manière jusqu’à ce qu’un tribunal tienne cette audience.

Audiences de mise en liberté sous caution

Lorsqu’un tribunal tient une audience de mise en liberté sous caution, il détermine le montant de la caution applicable à une affaire spécifique. Les tribunaux ne sont pas toujours obligés d’autoriser la mise en liberté sous caution, et peuvent la refuser si la loi de l’État le permet.

Lorsque le tribunal détermine le montant de la caution ou s’il doit la refuser, il soupèse divers facteurs :

  • Risque de fuite. Certains défendeurs présentent un risque de fuite plus élevé que d’autres. Par exemple, les défendeurs qui font face à des peines qui imposent la mort ou de longues périodes d’incarcération peuvent être plus susceptibles d’essayer de fuir que ceux qui font face à des peines moins graves.
  • Connexions communautaires. Une personne ayant des liens forts avec une communauté, comme une personne qui possède une entreprise locale ou dont toute la famille se trouve dans la région, peut être moins susceptible de fuir ou de ne pas se présenter à nouveau au tribunal qu’une personne qui est simplement en visite.
  • Obligations familiales. Les tribunaux peuvent être plus susceptibles d’imposer une caution d’un montant inférieur lorsqu’un défendeur est responsable du bien-être des membres de sa famille ou d’autres personnes à charge.
  • Revenu et biens. Un défendeur qui a beaucoup d’argent ou de biens peut ne pas voir un faible montant de caution comme un élément dissuasif important, tandis que ceux qui ont peu de biens peuvent être considérablement affectés par des montants de caution en dehors de leurs ressources. De même, un tribunal peut tenir compte du fait qu’un défendeur a un emploi et qu’il est susceptible de le perdre du fait qu’il ne peut pas payer de caution et reste en détention.
  • Histoire criminelle et judiciaire. Les personnes ayant des antécédents criminels en particulier celles dont les antécédents impliquent des défauts de comparution devant les tribunaux – ont généralement des montants de caution plus élevés que ceux qui sont dans le système de justice pénale pour la première fois. Par exemple, si un défendeur s’est vu accorder une caution à de nombreuses reprises dans le passé, mais qu’il a toujours violé les conditions de la caution ou omis de se présenter au tribunal, les tribunaux imposeront généralement une caution beaucoup plus élevée qu’ils ne le feraient pour une personne sans antécédents de défaut de comparution. Ou, ils peuvent même refuser complètement la mise en liberté sous caution.
  • Gravité du crime. En général, un crime plus grave aura un montant de caution plus élevé qu’un crime moins grave. Par exemple, la caution d’une personne accusée d’un vol mineur peut être de 1 000 euros ou moins, mais la caution d’une personne accusée de meurtre peut s’élever à des centaines de milliers d’euros ou plus.
  • Sécurité publique. Si la libération d’un défendeur pose un risque pour la santé et la sécurité d’autrui, ou pour la communauté dans son ensemble, les tribunaux refusent généralement d’autoriser la libération sous caution. Par exemple, un défendeur accusé de conspiration en vue de commettre un acte de terrorisme peut se voir refuser la mise en liberté sous caution, car la libération de cette personne pourrait poser un risque pour la vie d’autrui.

Conditions de la libération sous caution

En plus de déterminer le montant de la caution qu’un défendeur doit payer pour être libéré, les tribunaux imposent généralement des limitations ou des exigences supplémentaires aux défendeurs lors de la détermination de la caution. Ces limitations sont similaires à celles imposées aux personnes reconnues coupables d’un crime et condamnées à la probation. La violation des conditions de la libération sous caution peut entraîner la reprise de la garde du défendeur par la police jusqu’au procès, ainsi que la confiscation de toute caution payée.

Les éléments suivants sont des conditions typiques de la mise en liberté sous caution :

  • Vérifications avant le procès. Un peu comme le fait de se présenter à un agent de libération conditionnelle ou de probation, les personnes en liberté sous caution peuvent avoir à faire des contrôles réguliers auprès des agents des services de préparation au procès. Les agents des services de préparation au procès contrôlent les défendeurs avant le procès pour s’assurer qu’ils respectent les ordonnances ou les conditions imposées par le tribunal.
  • Ordonnances de non-contact. Dans les cas où le défendeur est accusé de harcèlement, de violence domestique, de menaces criminelles ou d’autres crimes similaires, le tribunal impose généralement une ordonnance de non-contact. Cette ordonnance exige que le défendeur s’abstienne de contacter les victimes présumées du crime.
  • Emploi. Les tribunaux peuvent exiger qu’un défendeur conserve un emploi pendant sa libération sous caution. Si le défendeur est au chômage, le tribunal peut exiger qu’il tente de trouver un emploi pendant sa mise en liberté sous caution.
  • Restrictions de voyage. Les défendeurs en liberté sous caution ne sont généralement pas autorisés à quitter la région, sauf autorisation spécifique du tribunal ou de l’agent des services de préventive.
  • La toxicomanie. Les conditions de mise en liberté sous caution, en particulier dans les affaires de conduite en état d’ivresse, de possession de drogue ou d’autres infractions liées à l’abus de substances, exigent généralement que le défendeur s’abstienne de consommer des drogues et de l’alcool.
  • Restrictions sur les armes à feu. Les conditions de mise en liberté sous caution peuvent exiger que le défendeur s’abstienne de posséder des armes à feu, même si les crimes reprochés n’impliquaient pas l’utilisation d’armes à feu.

payer caution

La libération sous caution après une condamnation ou une peine

Dans certaines situations, la mise en liberté sous caution est possible même après qu’une personne a été reconnue coupable (ou condamnée) d’un crime. Généralement, dès qu’un tribunal prononce une peine d’emprisonnement ou de prison, le défendeur doit commencer à la purger immédiatement. Par exemple, si un juge condamne quelqu’un à cinq ans de prison, les huissiers prendront le défendeur en garde à vue et le transféreront dans un centre de détention pour qu’il commence à purger sa peine.

Cependant, les tribunaux peuvent permettre aux défendeurs criminels d’être libérés sous caution après une condamnation ou une sentence si le défendeur fait appel. Par exemple, si un tribunal condamne un défendeur à cinq ans de prison mais que celui-ci fait appel de la condamnation, le tribunal de condamnation peut accorder à ce défendeur une libération sous caution et lui permettre de ne pas être détenu jusqu’à ce que l’appel ait été entendu par une cour d’appel.

Comme pour les autres questions de caution, les lois des États régissent la caution post-condamnation ou post-sentenciel, et tous les États ne l’autorisent pas. Dans les États qui le font, le tribunal dispose généralement d’un large pouvoir discrétionnaire pour accorder la caution, ainsi que pour déterminer le montant approprié de la caution à fixer.

Procédures de paiement de la caution

Chaque juridiction a non seulement ses propres règles sur la façon dont la caution est déterminée et sur les personnes qui peuvent être libérées, mais elle a également ses procédures sur la façon dont les paiements de la caution doivent être effectués. Généralement, le processus de paiement exige qu’une personne se rende à un endroit précis, comme un palais de justice ou une prison. Un caissier, un greffier ou un autre fonctionnaire du lieu est chargé de recevoir les paiements de la caution. Le payeur doit fournir au greffier des informations spécifiques, telles que le nom du défendeur, le numéro de dossier ou de réservation et le montant de la caution à payer. (Le greffier ou le fonctionnaire a souvent accès à ces informations et peut déterminer le montant de la caution à payer). Le payeur doit ensuite soumettre le montant approprié de la caution au greffier.

Une fois que le bureau du greffier a reçu le paiement de la caution, il en informe les agents correctionnels qui gardent le défendeur en détention, et ils libèrent le défendeur de la prison. Dans certaines situations, la libération sous caution se produit presque immédiatement parce que le greffier est situé dans le même établissement que la prison, alors que dans d’autres situations, il faut plusieurs heures ou plus pour que le défendeur soit libéré.

Le paiement de la caution doit généralement être effectué en espèces ou avec une autre forme de paiement acceptée, comme une carte de crédit ou de débit, un chèque certifié ou de banque, des chèques de voyage ou un mandat. Les montants des paiements acceptés diffèrent d’une juridiction à l’autre.

Types de caution

Beaucoup de gens associent la caution à un montant en espèces spécifique. L’idée générale est que si vous avez l’argent pour payer la caution après avoir été arrêté, vous pouvez sortir de prison. Mais la caution est souvent plus compliquée que cela, en particulier lorsque le montant de la caution est élevé. Il est important de savoir si l’on peut payer une caution.

Dans tout État ou juridiction, il peut y avoir une variété de types de caution disponibles. Bien que certains types de caution ne soient pas disponibles dans tous les États ou dans toutes les situations, et que certains soient plus ou moins souvent employés que d’autres, les défendeurs peuvent s’attendre à rencontrer un ou plusieurs des types de caution suivants.

La mise en liberté sous caution est un processus complexe.

1. Caution en espèces

Dans de nombreuses situations, la police ne libère pas une personne arrêtée avec une simple citation, mais la libère après l’enregistrement si cette personne paie une caution en espèces. Si le défendeur n’a pas l’argent, quelqu’un d’autre peut payer la caution au nom du défendeur.

La caution en espèces est le montant le plus élevé que l’on puisse obtenir. Elle est déterminé par le barème de cautionnement de l’État ou local, ou par un tribunal après une audience de cautionnement. Tant que le payeur dispose de suffisamment d’argent pour couvrir le montant total de la caution, le défendeur est libéré de la garde à vue.

2. Cautionnement par reconnaissance personnelle ou cautionnement par reconnaissance personnelle

Il arrive parfois qu’un tribunal libère un défendeur sous garde sur ses propres engagements ou sur des engagements personnels, également connus sous le nom de cautionnement OR ou PR. Les cautionnements OR et PR sont similaires à une citation et à une libération, sauf qu’ils ont lieu après qu’un tribunal ait tenu une audience sur le cautionnement. Si le tribunal autorise ce type de caution, le défendeur sera libéré à condition qu’il se présente à nouveau devant le tribunal à une date ultérieure et qu’il se conforme à toute autre condition de cautionnement imposée par le tribunal.

3. Caution non garantie ou par signature

Une caution non garantie, également connue sous le nom de cautionnement par signature, s’applique après qu’un tribunal a tenu une audience de cautionnement et imposé un montant de caution, mais n’exige pas que le défendeur paie ce montant pour être libéré. Cette forme de cautionnement est semblable à la fois à une caution OR et à une libération et citation. Au lieu de payer une somme d’argent pour être libéré, le défendeur doit signer un accord stipulant que s’il ne se présente pas au tribunal comme prévu, il devra restituer le montant de la caution.

Il est possible d’être libéré par le biais d’une caution.

4. Cautionnement garanti ou cautionnement de propriété

Un cautionnement garanti, ou « cautionnement de propriété », est un type de cautionnement dans lequel le défendeur donne au tribunal une garantie de propriété égale à la valeur du montant total de la caution. Une garantie est un droit légal de posséder ou de prendre un bien spécifique donné par le propriétaire du bien à la partie garantie.

Il s’agit d’un droit de propriété. Par exemple, lorsque vous achetez une voiture en utilisant un prêt automobile, votre prêteur vous donne de l’argent pour acheter la voiture. En échange de cet argent, vous donnez au prêteur une garantie sur le véhicule. Vous et le prêteur convenez que si vous ne remboursez pas le prêt conformément aux conditions que vous avez toutes deux acceptées, le prêteur peut reprendre possession de la voiture (la garantie) et la vendre pour récupérer l’argent que vous devez encore. Il en va de même lorsqu’une banque saisit une maison lorsque le propriétaire ne paie pas son hypothèque. Dans les deux cas, il s’agit de formes de sûretés.

Donc, avec une caution de propriété garantie, le défendeur ou un autre payeur de caution donne une garantie sur un bien spécifique au tribunal comme une forme de caution. Si le défendeur ne se présente pas ultérieurement au tribunal, le tribunal peut saisir le bien utilisé comme garantie pour recouvrer la caution non payée.

C’est le cas avec le cautionnement de biens garantis.

5. Cautionnement sous caution ou cautionnement de garantie

Un cautionnement est une forme de paiement de la caution fournie au nom d’un défendeur par un agent de cautionnement. Les agents de cautionnement, également connus sous le nom de garants, sont des personnes dont le métier est de payer une caution au nom de défendeurs criminels. Lorsque les défendeurs font appel à un agent de cautionnement, ils lui versent des honoraires et l’agent agit comme une caution, en disant au tribunal qu’ils (les agents de cautionnement) paieront le montant total de la caution si le défendeur ne se présente pas au tribunal.

Les agents de cautionnement gagnent de l’argent en percevant des frais auprès de ceux qui veulent être libérés sous caution. Généralement, ces frais représentent 10 à 15 % du montant de la caution. Ainsi, si un tribunal fixe la caution d’un défendeur à 10 000 euros, ce défendeur (ou quelqu’un agissant en son nom) peut payer 1 000 euros à un agent de cautionnement et celui-ci agira en tant que caution au nom du défendeur.

Comme les cautionnements garantis ou les cautionnements de propriété, les agents de cautionnement exigent généralement que le défendeur ou la partie qui paie fournisse une garantie ou une autre forme de garantie contre le cautionnement. (Ils exigent également que le défendeur signe un contrat énonçant les conditions de l’accord). Par exemple, un agent de cautionnement peut exiger que le défendeur lui remette physiquement des bijoux que l’agent de cautionnement peut vendre pour récupérer le montant total de la caution si le défendeur ne se présente pas au tribunal. De même, l’agent de cautionnement peut exiger que le défendeur, ou quelqu’un d’autre, signe une garantie sur une voiture, une maison ou un autre bien que l’agent de cautionnement peut reprendre si le défendeur ne comparaît pas.

Recevoir l’argent de la caution de la part du tribunal

Parce que la caution n’est pas une forme de punition ou une peine criminelle, une personne qui paie une caution a le droit de se faire rembourser cet argent si le défendeur respecte toutes les conditions de la caution. En général, il y a deux résultats possibles lorsqu’une personne paie une caution : la caution est remise au payeur, ou la caution est confisquée.

Libération ou remboursement de la caution

Si un accusé criminel est libéré sous caution, la caution sera remboursée au payeur à la fin de l’affaire. Cette libération ou ce remboursement de la caution dépend à la fois du type de caution utilisé et de la juridiction dans laquelle la caution est payée.

Par exemple, une personne payant une caution en espèces dans le comté de Suffolk, à New York, voit généralement son paiement de caution libéré dans les deux à six semaines suivant la conclusion de l’affaire. D’autre part, si le défendeur utilise une caution immobilière, le tribunal libère le privilège sur la propriété. La libération du privilège, tout comme la libération du paiement de la caution, prend généralement plusieurs semaines ou plus pour être conclue.

Dans d’autres juridictions, la libération du privilège se fait dans un délai de deux semaines.

Dans d’autres juridictions, comme les tribunaux, le tribunal ne libère pas automatiquement la caution à la conclusion de l’affaire pénale. Dans ces juridictions, le payeur de la caution doit déposer un document (appelé « pétition ») auprès du tribunal, lui demandant de libérer l’argent versé ; ou, dans le cas d’une propriété ou d’une caution garantie, de libérer le privilège placé sur la propriété utilisée comme garantie.

La libération de la caution n’est pas automatique. Même si la caution est libérée, il est courant que le tribunal en garde un petit montant à titre de frais administratifs ou de type similaire. Par exemple, dans le Massachusetts, le tribunal conserve 40 euros de toute somme versée pour la caution.

La confiscation de la caution est une pratique courante.

La confiscation de la caution

Dans les situations où un défendeur est libéré sous caution, mais ne se présente pas plus tard au tribunal comme requis – ou ne respecte pas autrement l’une des conditions que le tribunal a imposées lors de l’octroi de la caution – le montant de la caution est confisqué.

Par exemple, si vous êtes arrêté et que vous payez 1 000 euros en espèces comme caution, vous perdrez ces 1 000 euros si vous manquez votre date d’audience. De même, si quelqu’un paye une caution en votre nom, le payeur perd la somme si vous manquez le tribunal.

La caution de propriété est une garantie de sécurité.

Si une caution immobilière est impliquée et que le défendeur ne se présente pas, le tribunal peut reprendre possession ou saisir le bien garanti. Par exemple, si votre père utilise sa maison comme garantie dans le cadre d’une caution immobilière et que vous ne vous présentez pas, le tribunal peut saisir la maison et la vendre aux enchères pour récupérer le montant de la caution.

Il s’agit d’une caution immobilière.

Les pétitions pour violation de la caution et défaut de comparution

Si un défendeur ne fait pas appel au tribunal et renonce à la caution, il y a toujours une chance que le tribunal rétablisse la caution (permettant au défendeur de rester hors de détention jusqu’à la conclusion de l’affaire) et rende la caution qui a déjà été payée. Un défendeur peut demander au tribunal de rétablir la caution (ou de ne pas la confisquer) s’il peut démontrer qu’il y avait de bonnes raisons comme le fait de subir une urgence médicale pour lesquelles il a manqué le tribunal.

Recevoir l’argent de la caution de l’agent de cautionnement

Lorsqu’un défendeur fait appel à un agent de cautionnement pour payer sa caution, il doit payer les honoraires de l’agent de cautionnement et peut également devoir remettre une garantie ou signer un accord de sécurité. Si le défendeur respecte les conditions de la caution, l’agent de cautionnement rendra la garantie ou libérera le privilège créé par l’accord de sécurité à la fin de l’affaire. Toutefois, les honoraires de l’agent de cautionnement (les 10 % à 15 % du montant total de la caution) ne sont pas restitués, quelle que soit l’issue de l’affaire.

La confiscation de la caution et les chasseurs de primes

Si un défendeur qui a fait appel aux services d’un agent de cautionnement ne se présente pas au tribunal ou ne respecte pas les conditions de la caution, l’agent peut généralement essayer de trouver le défendeur, de le mettre en garde à vue et de le ramener physiquement en garde à vue. Les tribunaux accordent généralement aux agents de cautionnement un délai de grâce après qu’un défendeur a violé les conditions de sa caution. Si l’agent peut ramener le défendeur au tribunal au cours de cette période de grâce, le tribunal n’exigera généralement pas que l’agent paie le montant total de la caution.

Les agents de cautionnement sont des personnes qui ne sont pas en mesure de payer le montant total de la caution.

Dans le cadre de ce processus, l’agent de cautionnement peut employer des chasseurs de primes, également appelés agents d’exécution des cautionnements, pour retrouver et appréhender le défendeur. Les chasseurs de primes, comme les agents de cautionnement, ne sont pas des employés du gouvernement ou des agents d’application de la loi. Ils n’ont pas de pouvoirs d’arrestation généraux, mais peuvent arrêter un défendeur qui a utilisé les services de l’agent de cautionnement. Cela s’explique par le fait que, dans le cadre du contrat que les défendeurs signent avec l’agent de cautionnement, les défendeurs acceptent généralement de permettre à l’agent de cautionnement, ou aux chasseurs de primes travaillant pour l’agent, de pénétrer dans leur domicile, des arrêter ou de prendre d’autres mesures qui seraient généralement illégales sans le consentement du défendeur.

Les lois des États fédérés ne prévoient pas l’arrestation d’un défendeur.

Notez que les lois des États concernant à la fois les agents de cautionnement et les chasseurs de primes peuvent différer considérablement, et que tous les États n’autorisent pas les agents de cautionnement ou les chasseurs de primes.

Mot final

Comme toutes les parties du système de justice pénale, la caution peut être beaucoup plus compliquée que ce que beaucoup de gens imaginent. La caution peut impliquer beaucoup d’argent et de sérieux risques financiers, même dans les meilleures circonstances et cela ne prend même pas en compte les conséquences potentielles qui accompagnent une affaire criminelle. Comme pour toutes les questions relatives au droit pénal, il est souvent nécessaire de consulter un avocat avant de prendre une décision pour connaître les options qui s’offrent à vous et vous assurer que vous êtes protégé de manière adéquate. Recevoir des conseils juridiques d’un expert qualifié est toujours préférable à la prise d’une décision sans disposer de tous les faits.

Avez-vous déjà dû payer une caution ou libérer quelqu’un de prison ?

Related posts

Comment créer un plan financier pour plusieurs années

Lucas Moillet

Carte de crédit : à propos de la carte bancaire Disney Visa

Lucas Moillet

Comment s’informer sur le marché boursier

Yanis Marloeu

Laissez un commentaire