Catégories
Banque, finance et recouvrement

Comment choisir les meilleures stratégies d’investissement en actions

Selon un récent rapport, plus de la moitié des personnes âgées de 30 ans ou plus ont des investissements sur le marché boursier et 80 % de celles qui gagnent 75 000 euros par an ou plus ont des investissements en actions. Ces investissements comprennent des actions et des obligations individuelles, ainsi que des fonds communs de placement et des fonds négociés en bourse (ETF)

Il s’agit d’investissements dans des actions et des obligations. Alors que beaucoup ont souffert de la forte baisse du marché en 2008, il a perdu 38 % de sa valeur, le S&P 500 a clôturé au-dessus de 1 800 le 22 novembre 2013, soit plus du double de son plus bas niveau de 721 le 11 mars 2009. Avec le retour de la confiance des investisseurs, de nombreux analystes prévoient que le marché va poursuivre son comportement haussier bien en 2014 et au-delà. Que vous sélectionniez des actions ou des obligations individuelles ou que vous comptiez sur un gestionnaire de placements pour le faire à votre place, il est important que vous choisissiez une approche d’investissement adaptée à vos attitudes et à vos objectifs.

Composantes du succès des investissements

Les perspectives optimistes pour les actions offrent une excellente occasion aux investisseurs actuels et nouveaux de revoir leurs stratégies et d’ajuster leurs philosophies d’investissement pour optimiser leurs résultats futurs. Les experts financiers s’accordent à dire que le succès des investissements dépend fortement des activités suivantes.

1. Épargner

Tout plan d’investissement devrait être basé sur un niveau d’épargne que vous pouvez soutenir de manière constante sur une période prolongée. Tout investisseur devrait prévoir d’atteindre un solde projeté à un certain moment en calculant le rendement net annuel nécessaire pour l’atteindre.

Il est important d’épargner. Par exemple, si vous épargnez 5 000 euros par an et que vous voulez avoir un portefeuille de 500 000 euros dans 30 ans, votre rendement net annuel doit être d’environ 7 % en moyenne. Si vous vous contentiez de 250 000 euros à la fin de cette même période, votre rendement net annuel moyen requis serait considérablement plus faible, soit 3,1 %.

2. Etablir une stratégie

Une approche d’investissement devrait équilibrer les paramètres de risque et de rendement en accord avec votre personnalité, vos connaissances, vos aptitudes et vos intérêts. Certaines personnes sont plus à l’aise avec le risque de perte que d’autres. Certains aiment les tâches de recherche et d’analyse, tandis que d’autres préfèrent consacrer leur temps et leur énergie à d’autres activités. Une stratégie d’investissement idéale tient compte de votre personnalité unique et tire parti de vos aptitudes et de vos désirs.

Par exemple, les jeunes parents travaillant 50 à 60 heures par semaine et essayant de passer le plus de temps libre possible avec leurs enfants ont peu de chances de consacrer le temps nécessaire à l’identification et à l’analyse d’une variété d’investissements sur une base régulière. Une stratégie d’investissement qui nécessite 5 à 10 heures de recherche par semaine a toutes les chances d’être abandonnée, tout comme la recherche d’investissements très volatils et la poursuite de rendements irréalisables dans l’espoir d’atteindre une valeur future improbable du portefeuille ont toutes les chances d’échouer. Investir dans un fonds commun de placement géré par des professionnels ou dans un fonds indiciel peut être une meilleure option. Une autre approche populaire consiste à ouvrir un compte.

3. Gérer le risque

 » Dans ce monde, on ne peut rien dire de certain, sauf la mort et les impôts.  » Le risque, l’éventualité d’une perte est présent dans toutes les activités humaines, et notamment dans l’investissement.

Une gestion efficace du risque d’investissement nécessite de comprendre les éléments (fréquence et ampleur) du risque et des compenser en effectuant une ou plusieurs des actions suivantes :

  • Éviter le risque. Vous pouvez éviter le risque en choisissant de ne pas faire d’investissement, en vendant des titres ou en achetant des obligations plutôt que des actions ordinaires.
  • Réduire le risque. Une façon courante de réduire le risque est de maintenir un portefeuille diversifié de titres, ce qui entraîne généralement moins de pertes qu’un seul titre.
  • Transférer le risque. Certaines rentes peuvent offrir une certaine protection contre les pertes du marché, comme une rente indexée sur les actions. Vous pouvez également acheter une rente fixe avec un taux de rendement garanti et aucune exposition au marché. L’un ou l’autre de ces choix transfère le risque d’investissement à l’émetteur, ainsi que tout profit potentiel dépassant le rendement garanti.
  • Acceptation du risque. Choisir de rester entièrement investi signifie accepter le risque que vos actifs perdent de la valeur. Parce que vous estimez que la possibilité de gain est plus grande que le risque de perte, vous pouvez choisir d’assumer ce risque.

Votre philosophie d’investissement reflète votre attitude à l’égard du risque et implique de prendre des mesures conformes à votre niveau de confort.

4. Soyez attentif

Il ne suffit pas d’avoir un objectif de rendement annuel réalisable et une philosophie d’investissement qui correspond à votre personnalité et à votre situation. L’environnement d’investissement change constamment, car l’économie reflète les actions des gouvernements, les avancées technologiques et les événements internationaux. Pour réussir à investir, il faut suivre régulièrement l’actualité, évaluer les impacts probables et s’adapter à l’évolution de la situation.

Savoir pourquoi vous avez acheté un investissement particulier au moment où vous l’avez fait et prendre des mesures correctives lorsque les conditions changent est essentiel pour atteindre vos objectifs à long terme. Si vous n’êtes pas en mesure de surveiller régulièrement l’impact des événements actuels sur vos investissements, envisagez d’investir dans un fonds commun de placement dans lequel vous payez un petit pourcentage pour qu’un ou plusieurs gestionnaires professionnels s’en chargent. C’est le cas.

5. Choisissez votre approche

Il existe deux approches courantes, l’investissement de valeur ou la spéculation pour le choix des investissements, chacune ayant ses partisans bruyants. Ces dernières années, avec les progrès de la technologie, une troisième approche, le trading, l’achat et la vente d’actifs en fonction de leur action sur les prix, plutôt que de leur valeur sous-jacente est également devenue populaire. Comprendre la philosophie de chaque approche, les outils et techniques applicables, ainsi que les inconvénients potentiels, peut vous aider à choisir la bonne voie.

stratégie investissement

Approche d’investissement axée sur la valeur (Buy & Hold)

L’investisseur le plus performant du 20e siècle, a dit : « N’achetez que ce que vous seriez parfaitement heureux de conserver si le marché se fermait pendant 10 ans. ». »L’investissement repose sur une analyse réfléchie, complète et raisonnable des titres que vous achetez et du portefeuille en cours de création par rapport au rendement que vous espérez recevoir qui peut prendre une multitude de formes : intérêts, dividendes, appréciation du capital. »

L’investissement repose sur la conviction que les actions et autres actifs ont une valeur intrinsèque sous-jacente basée sur leur capacité bénéficiaire respective, leurs produits, leur gestion et leur avantage concurrentiel. Ce sont tous des facteurs qui peuvent être identifiés, analysés et mesurés dans un processus appelé analyse fondamentale. L’objectif d’un investisseur est d’identifier les entreprises dont la valeur intrinsèque, ou « réelle », est supérieure à leur valeur marchande actuelle, ainsi que les entreprises dotées d’attributs supérieurs qui devraient se développer à l’avenir.

Les investisseurs qui pensent que les prix du marché finiront par refléter les valeurs réelles de certaines entreprises prévoient généralement des périodes de détention de plusieurs années. Cette même approche nécessiterait de vendre des entreprises dont la valeur intrinsèque est inférieure à la valeur de marché. Les investisseurs qui achètent et détiennent ont l’intention d’être des propriétaires à long terme des titres qu’ils achètent et suivent activement les progrès d’une société en examinant régulièrement les états financiers, les dépôts publics et les communiqués de presse.

L’investissement de valeur nécessite également une gestion active du portefeuille pour optimiser les rendements totaux dans le spectre de risque préféré. La gestion de portefeuille est le processus d’analyse de chaque placement individuel dans un groupe de placements dans l’espoir de réduire le risque non systématique, ou diversifiable.

  • Risque systématique. Le risque systématique affecte un marché entier ou un secteur spécifique. Par exemple, le marché dans son ensemble a chuté lors de la débâcle des titres crédits en 2008, reflétant une perte de confiance massive.
  • Risque non systématique. D’autre part, le risque non systématique affecte une entreprise en particulier. Un rappel des produits d’une entreprise suivi d’une baisse des titres de cette entreprise, alors que le marché global reste haussier est un exemple de risque non systématique. La diversification de vos investissements entre différentes entreprises réduit l’applicabilité du risque non systématique à votre portefeuille, puisque seule une entreprise individuelle est affectée.

Heureusement, les entreprises de Wall Street emploient des centaines d’analystes compétents produisant constamment rapport après rapport couvrant les projections de bénéfices futurs, les ratios et les conséquences possibles des événements environnementaux sur une seule entreprise, une industrie ou le marché dans son ensemble. En d’autres termes, ces firmes font la plupart des travaux lourds nécessaires à la mise en œuvre de cette approche.

Opposition

Une plainte courante à l’égard de l’investissement dans la valeur est que ses partisans sont sur le marché en permanence. Lorsqu’une baisse comme celle de 2008 se produit, les investisseurs peuvent subir des pertes importantes qui peuvent prendre des années à se résorber

Les partisans de l’investissement de style valeur sont souvent en désaccord avec cette approche. Ils soulignent que le fait d’être constamment sur le marché enfreint la sagesse conventionnelle qui consiste à « acheter bas et vendre haut. » Cependant, l’hypothèse sous-jacente à cela est que n’importe qui peut prédire avec précision et de manière constante les tendances du marché, ce qui n’est pas valable. De nombreux analystes de marché estiment qu’il y a un plus grand risque d’être hors du marché que d’être soumis à des marchés baissiers occasionnels lorsque l’horizon d’investissement est de cinq ans ou plus.

Approche spéculative

Une approche spéculative, contrairement à l’investissement dans la valeur, ignore l’idée que tout actif a une valeur réelle ou intrinsèque. En d’autres termes, un actif ne vaut que ce que quelqu’un est prêt à payer pour lui au moment présent, ni plus, ni moins. Par conséquent, les spéculateurs se concentrent sur les attitudes individuelles et collectives à l’égard d’une entreprise, d’un secteur ou du marché dans son ensemble. Si l’approche buy-and-hold est cérébrale et logique à l’image d’une partie d’échecs où les joueurs envisagent des centaines de mouvements et de séquences possibles, l’approche spéculative est plus psychologique et émotionnelle semblable à une partie de poker où les participants recherchent des « indices » physiques pour discerner si un joueur bluffe.

Les spéculateurs se concentrent sur les attitudes individuelles et collectives à l’égard d’une entreprise, d’un secteur ou d’un marché.

Les spéculateurs ne se soucient pas de la valeur sous-jacente des actifs, mais seulement de la probabilité qu’un acheteur ultérieur paie un prix plus élevé. Il ne fait aucun doute que l’émotion est un puissant moteur des cours boursiers. L’optimisme général peut se transformer rapidement en frénésie d’achat effrénée suivie de krachs boursiers ; ou encore, des nouvelles négatives peuvent faire plonger les prix de titres individuels à des profondeurs hors de proportion avec l’impact réel.

Les spéculateurs recherchent des informations ou des événements qui ne sont pas communément connus ou reflétés dans le prix des actions. Une rumeur sur la découverte d’un nouveau médicament, l’accumulation ou la vente d’actions par des initiés de l’entreprise, et les changements réglementaires probables qui peuvent affecter les opérations de l’entreprise sont des exemples de circonstances qui peuvent changer le prix d’une action du jour au lendemain. Les spéculateurs utilisent également l’analyse technique des prix des actions, comme l’indice de force relative, le momentum et les moyennes mobiles, pour identifier les modèles de prix et les tendances du marché.

George Soros, gestionnaire d’un fonds spéculatif international avec plus de 27 milliards d’euros d’actifs, est peut-être le spéculateur autoproclamé le plus connu. Il a déclaré : « Je me fie beaucoup à l’instinct animal ». Soros estime que les prix des titres dépendent des êtres humains qui les achètent et les vendent et que les êtres humains agissent plus souvent sous le coup de l’émotion que sur des considérations logiques.

Les spéculateurs sont des investisseurs de guérilla, qui achètent rapidement en gros lots, surveillent attentivement leurs investissements et vendent rapidement si le prix ne réagit pas comme prévu. Ils pensent que l’agilité et l’attention compensent la diversification.

Opposition

Les partisans de l’approche spéculative la qualifient fréquemment de « théorie du plus grand fou de l’investissement ». En langage clair, vous achetez un actif uniquement parce que vous pensez qu’un plus grand fou va arriver et payer plus cher pour cet actif. La spéculation est basée sur des conjectures plutôt que sur une analyse fondée sur des faits et que, par conséquent, elle nécessite d’assumer un risque plus important.

Les spéculateurs doivent être prêts à passer de longues périodes sur la touche, en attendant que l’occasion parfaite se présente. En outre, ils doivent être suprêmement confiants, car la décision d’investir va souvent à l’encontre de la sagesse générale

La spéculation n’est pas un métier à part entière, elle n’est pas faite pour tout le monde. Ses résultats sont impossibles à prévoir, et ce n’est pas une approche viable pour gérer des fonds de retraite ou des actifs qui vont être utilisés longtemps dans le futur.

Approche de négociation

La prolifération des ordinateurs personnels, la disponibilité de connexions Internet super rapides et la réduction des frais de transaction ont incité de nombreux investisseurs à se lancer dans le « day trading ». Si quelques traders peuvent réussir pendant des périodes limitées, les chances de réaliser des bénéfices réguliers sur le marché sont inférieures à celles d’un joueur de cartes du week-end qui remporte les World Series of Poker à Las Vegas. La combinaison de petites dépenses constantes : services de cotation, commissions, intérêts de marge et taxes associée à la nécessité d’une présence constante devant l’ordinateur et à l’incapacité de prendre des décisions rationnelles sans émotion font que la plupart des traders en herbe abandonnent continuellement après quelques mois non rentables.

Opposition

Il est facile d’être séduit par le day trading avec des promesses de profits rapides, en particulier si vous recherchez des rendements déraisonnablement élevés : « Pour le day trader de détail à domicile, je considérerais la profession comme morte… Le nombre de personnes dont les scénarios parviennent au grand écran est probablement le même que celui des personnes qui pratiquent le day trading avec succès.  »

Si vous êtes déterminé à tenter le day trading, limitez votre exposition aux pertes à une petite fraction de votre portefeuille 5 % ou moins.

Fonds gérés

De nombreux investisseurs, par manque de connaissances, de temps ou d’intérêt, se sont tournés vers des professionnels pour gérer leurs actifs en actions. Il existe des fonds communs de placement, ainsi que des portefeuilles non gérés (ETF) conçus pour imiter la performance d’un indice boursier tel que le S&P 500 ou le Dow Jones Industrial Average.

Il s’agit d’investissements en actions alternatifs.

Ces investissements alternatifs en actions sont une façon d’avoir le beurre et l’argent du beurre : Vous bénéficiez des avantages de la propriété des sociétés les mieux gérées au monde sans avoir à consacrer beaucoup de temps et d’énergie au suivi de vos investissements. Si vous voulez que vos investissements soient gérés activement, vous pouvez utiliser Ally Invest.

Mot final

Commencer à épargner tôt, s’assurer un rendement cohérent avec son profil de risque et laisser son portefeuille s’apprécier au fil du temps sont des éléments essentiels pour réussir ses investissements. Malheureusement, de nombreux n’ont pas encore mis en œuvre de plans réalistes pour constituer leur épargne puisque, selon l’enquête 2013 sur la confiance dans la retraite, les 57 % qui épargnent actuellement en vue de la retraite déclarent disposer de moins de 25 000 euros d’investissements totaux. Avec de la discipline et de la réflexion, vous pouvez obtenir de meilleurs résultats et vous préparer à l’avenir que vous méritez.

Vous avez une approche d’investissement ? Comment fonctionne-t-elle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *