Place des Industries
Image default

Fonderie aluminium : comment le métal est-il obtenu ?

Le processus de fabrication de l’aluminium est complexe et fascinant. Depuis l’extraction de la bauxite, minerai d’où il est originellement issu, jusqu’à sa transformation en métal utilisable dans divers domaines, les étapes sont nombreuses et technologiquement avancées. Cet article se propose de détailler le parcours de l’aluminium, depuis le point d’extraction des réserves jusqu’à sa transformation finale.

Extraction de la bauxite

L’aventure de l’aluminium commence avec l’extraction de la bauxite, un minerai riche en alumine dont les principales réserves se trouvent en Australie, en Amérique centrale et en Afrique. Cette première étape nécessite une extraction minutieuse afin de collecter le minerai à fort taux d’alumine, essentiel pour la production d’aluminium de haute qualité.

La bauxite extraite est ensuite prête à subir sa première transformation. Celle-ci s’effectue au plus près des sites d’extraction afin de réduire les coûts de transport et d’optimiser la chaîne de production. Le minerai va donc voyager peu avant de passer à la prochaine étape cruciale : la production d’alumine.

Production d’alumine

Une fois la bauxite extraite, elle doit subir une transformation chimique pour devenir de l’alumine. Le processus implique une réaction avec de la soude sous haute température et pression, donnant naissance à de l’aluminate de sodium. Cette solution liquide est ensuite purifiée, diluée et refroidie pour obtenir une poudre blanche d’alumine. Environ 90 % de cette substance sera utilisée pour la fabrication de l’aluminium.

Le reste, souvent qualifié d’alumine de spécialité, trouve son utilité dans divers secteurs autres que la métallurgie, notamment pour la production d’objets non métallurgiques. Par exemple, elle peut servir dans le traitement des eaux, la fabrication de céramiques ou encore comme composant dans des produits abrasifs.

obtention métal

Production d’aluminium primaire

La transformation de l’alumine en aluminium primaire se fait par un procédé d’électrolyse. Un mélange de l’alumine avec des sels et de la cryolite est chauffé à 960 °C dans une cuve traversée par un courant électrique puissant. Cette réaction permet de séparer les ions aluminium qui se déposent sur la cathode et l’aluminium liquéfié s’accumule au fond du contenant pour être ensuite prélevé par siphonnage.

En France, deux principaux sites se chargent de la production d’aluminium primaire : l’usine de Saint-Jean-de-Maurienne, la plus ancienne d’Europe, et celle de Dunkerque. Ces forges comme Roanne Fonderie vont alors traiter l’aluminium liquide pour le transformer en formes commerciales utilisables dans l’industrie.

A lire :   Guide sur les métaux ferreux, la ferronnerie d'art et la fonte dans la déco

La deuxième fusion

Soulignons que l’aluminium du marché n’est pas uniquement issu de la première transformation de la bauxite. Une grande partie de ce métal est recyclée, allant jusqu’à 60 % en France. L’affinage est la première filière de recyclage, elle consiste à fondre les résidus triés provenant de divers objets et déchets industriels. La seconde filière récupère les chutes d’alliages aluminium issues de la fabrication d’objets métalliques.

La gestion des ressources et la réutilisation de l’aluminium sont des processus essentiels pour l’environnement et l’économie. Le recyclage permet non seulement de réduire les déchets, mais également de limiter l’exploitation des ressources naturelles et de diminuer l’énergie nécessaire à la production d’aluminium neuf.

La transformation du métal

Une fois l’aluminium primaire ou recyclé obtenu, il peut être transformé selon trois procédés différents : le laminage, le filage et la fonderie. Le laminage consiste à aplatir et étirer l’aluminium pour en faire des feuilles fines, alors que le filage permet de lui donner diverses formes grâce à une technologie mécanique avancée. Tous deux produisent des alliages légers, résistants et anticorrosifs.

La fonderie et moulage en aluminium, quant à elle, est un procédé efficace pour créer des objets de formes complexes. Les applications de ces alliages sont multiples et répondent à des exigences élevées de performance et d’esthétique dans de nombreux secteurs, tels que l’automobile, l’aéronautique, le bâtiment et l’emballage.

La production d’aluminium est un enchaînement de processus hautement spécialisés qui transforment la bauxite en un métal polyvalent et largement utilisé. De l’extraction à la deuxième fusion, en passant par la transformation finale du métal, l’industrie de l’aluminium combine innovation et tradition pour répondre aux besoins actuels de la société tout en anticipant les défis de demain. En s’appuyant sur des méthodes de production et de recyclage responsables, elle contribue à une économie plus durable. Ainsi, la fonderie d’aluminium est bien plus qu’une simple étape de fabrication ; c’est une composante clé d’une industrie qui évolue constamment pour offrir des matériaux performants tout en préservant notre environnement.

Articles récents

La Française d’Induction : entretien et réparation des fours de fonderie et forge à induction

Lucas Moillet

Tôlerie fine : dans quels milieux œuvre-t-elle ?

Erwan Maiseau

Prix de la ferraille : prix du plomb au kilo chez un ferrailleur

Kevin Brauillard

Laissez un commentaire